Il allait lui parler de Florence

2013
Dix miroirs avec textes sablés. 35x25cm

Cette série de miroirs trouve sa source dans un roman de Don DeLillo « L’homme qui tombe ».

Ce roman est une fiction sur le 11 septembre, non pas sur les attentats mais sur l’impact de l’Histoire sur la vie des personnes. L’auteur s’est saisi d’un événement qui a d’abord été montré avant d’être dit ou raconté, commenté, interprété et même exposé. L’homme qui tombe c’est cet acrobate qui se jette du haut d’un gratte-ciel et reste pendu le long de la façade, le pied accroché à une corde et qui selon l’auteur constitue la métaphore de la question suivante : « à partir de quel moment peut-on faire de l’art avec un événement comme celui du 11 septembre ». L’acrobate se livre à cette performance six jours après les attentats, ce qui dépasse l’entendement des spectateurs, renvoyés à l’image des chutes dans le vide des employés des tours. La performance est très mal accueillie et reçue comme une provocation récurrente dans le livre.Cet extrait gravé sur les miroirs parle et boucle une histoire de couple à travers les attentats et fait ressortir les individus au coeur de l’événement. Les mots que nous voyons sur ces miroirs nous renvoient à nous-mêmes, ils forment un reflet, une répétition et une superposition dans la lecture.Au revers de l’événement historique, les nouvelles images que je propose portent le récit et font ressurgir de l’anonymat des figures, des personnes.Mon acte créatif est de rejouer et de ré interpréter des événements qui semblent très bien classés , figés à tout jamais, afin de créer des trous dans l’histoire et dans l’Histoire.

« Il allait lui parler de Florence. Elle dirait qu’elle savait qu’il se passait quelque chose mais qu’étant donné la nature totalement inhabituelle de la relation, avec son point d’origine dans la fumée et les flammes, il ne s’agissait pas d’une offense impardonnable. Il allait lui parler de Florence. Elle dirait qu’elle pouvait comprendre l’intensité de la relation, étant donné la nature totalement inhabituelle de son origine, dans la fumée et les flammes, et cela la ferait souffrir énormément. Il allait lui parler de Florence. Elle prendrait un couteau de boucher et elle le tuerait. Il allait lui parler de Florence. Elle entrerait dans une longue période de repli torturé. Il allait lui parler de Florence. Elle dirait, Juste quand nous venions de redémarrer notre vie de couple. Elle dirait, Juste quand la terrifiante journée des avions nous a ramenés ensemble. Comment la même terreur pourrait-elle? Elle dirait, Comment la même terreur pourrait-elle menacer tout ce que nous avons éprouvé l’un pour l’autre, tout ce que j’ai éprouvé ces dernières semaines? Il allait lui parler de Florence. Elle dirait, Je veux la rencontrer. Il allait lui parler de Florence. Son insomnie périodique deviendrait totale, nécessitant un long traitement à base de régime alimentaire, de médicaments et de suivi psychiatrique. Il allait lui parler de Florence. Elle passerait davantage de temps chez sa mère, avec le petit, s’y attardant jusque tard dans la soirée et réduisant Keith à l’errance dans des pièces vides en rentrant du bureau, comme au fil des amères saisons de son exil. Il allait lui parler de florence. Elle voudrait qu’il la convainque que c’était terminé, et il la convaincrait parce que c’était vrai, simplement et pour toujours. Il allait lui parler de Florence. Elle l’enverrait au diable et appellerait un avocat.»
Extrait du roman L’homme qui tombe de Don DeLillo. Éditions Babel.Pages 193 – 194